L’explosion du e-commerce impacte les valeurs locatives

CBRE, spécialiste de l’immobilier logistique, vient de publier une étude sur l’impact de l’e-commerce sur le marché des messageries, bâtiments spécifiques dédiés au transbordement et à la gestion rapide des flux de petits envois.

Baptisée « Les messageries face au défi du e-commerce », l’étude met en exergue des besoins exponentiels, mais aussi une tension de l’offre.

“La crise sanitaire que nous traversons, si elle a une vertu, pourrait être celle de faire prendre conscience de la dépendance de la métropole vis-à-vis de ses sources d’approvisionnement et de l’importance d’une chaîne logistique efficace”, soutient le spécialiste de l’immobilier logistique CBRE

 

Constatant que les messageries, ont depuis plusieurs années, de nouveau le vent en poupe, l’étude met néanmoins en évidence un manque d’offres disponibles.

 

Malgré tout, ce segment a affiché une certaine robustesse depuis le début de la crise sanitaire. Comparativement à la plupart des autres secteurs, et même sil y a eu une légère baisse de la demande placée à cause du manque de produits, le marché des messageries a très bien résisté à la crise.

 

Pour autant, la très forte demande des utilisateurs a pesé sur l’offre, comme en témoigne le taux de vacance de 1,9 %.

Ce défaut doffre est tant quantitatif que qualitatif, puisque la totalité des surfaces disponibles proposées sont en état dusage et donc en décalage avec les besoins de la plupart des utilisateurs.

Quelque 144 000 m2 de projets sont recensés, mais ce volume reste insuffisant face à la demande. Un déséquilibre qui a fortement impacté les valeurs locatives.

 

Si la localisation constitue le premier critère de hiérarchie des loyers, un autre phénomène a été observé depuis une dizaine dannées : la montée en puissance de la massification des envois de colis, qui bouscule les schémas dimplantation des leaders du secteur.

En plus des entrepôts de lointaine périphérie ou situés à proximité des plateformes aéroportuaires, sont venus sajouter des hubs dédiés, à proximité immédiate des villes.

 

Conclusion : “pour pallier le manque de produits et alors que les livraisons urbaines deviennent de plus en plus massives et difficiles à mettre en œuvre, les utilisateurs se tournent vers les locaux dactivité, même sils ne répondent pas totalement aux critères souhaités pour les activités de messagerie